L’eau de pluie et des tanks, un danger pour la population de Goma

L’eau de pluie et des tanks, un danger pour la population de Goma

L’eau potable est un casse-tête pour les habitants des quartiers périphériques de Goma. Nombreux habitants consomment l’eau conservée dans des tanks et de la pluie. Ce qui les expose à la fumée toxique produite par les volcans actifs au nord de la ville mais aussi aux maladies hydriques. Les habitants de Goma vivant dans les quartiers périphériques de Ndosho, Katoyi, Majengo, Kasika… souffrent de manque d’eau potable. Des longues files se créent partout où un robinet laisse de l’eau mais aussi devant les tanks privés où l’eau se vend de à 200FC (environ 0,2$) le bidon de 20 litre. Ceux qui n’ont pas de moyens pour s’approvisionner auprès des tanks, attendent la pluie pour capter l’eau ou carrément ils se dirigent vers le lac Kivu pour y puiser de l’eau. Ca fait plus d’une année que je n’ai pas vu l’eau couler du robinet dans mon quartier. L’eau potable est rare ici. Chez moi, nous consommons seulement l’eau du lac faute de moyen, déclare Kevin Zirhalo, habitant du quartier Ndosho. La même situation est vécue à Majengo et Kasika, deux quartiers situés au nord de la ville où les tuyaux de la Regideso sont quasi inexistants. Ainsi, les habitants recourent à l’eau de la pluie pour étancher leur soif. Dans nombreux ménagent, les habitants fabriquent des « Mulomba », système de captage d’eau placé sur les tôles et pour déverser l’eau dans un réservoir placés dans la maison: Nous n’avons pas des robinets ici. L’eau de la pluie est ce qui nous sauve et parfois, l’eau des tanks approvisionnée par des camions nous seconde aussi pendant la saison sèche, a fait savoir Jack Bukayo, habitant du quartier de Kasika. Il poursuit Ça doit être ces eaux qui causent des maux de ventre chroniques à mes enfants, constate-il. Dangereuse pour la consommation D’âpres les agents de santé, d’une part, ces tanks qui ne sont pas entretenus sont des réservoirs des maladies hydriques. D’autre part, la fumée toxique produite par les volcans Nyiragongo et Nyamulagira, actifs au nord de Goma, se retrouve dans l’eau des pluies et constitue un grand danger pour les habitants. « Il ya énormément des maladies d’origine hydrique : des verminoses,… les maladies diarrhéiques et même le choléra. Beaucoup des germes bactériennes se développent dans le Tank, surtout quand les règles hygiènes ne sont pas respectées », dit Stephane Kambale, laborantin à Tulizo la Afia, structure sanitaire implantée dans le quartier Katoyi. Il conseille à tous les vendeurs de l’eau de Tanks « de nettoyer chaque jours leurs réservoirs d’eau potable avec de la chlorure de carbone avant le ravitaillement pour ne pas infecter la population ». Pour sa part, Dieudonné Wafula, ingénieur de l’Observatoire volcanologique de Goma (OVG), le Gaz produit par Nyiragongo et Nyamulagira est toxique et sournois pour la population car il rend acide les eaux de pluie qui devient par la suite dangereuses à la consommation. Selon lui, plus la population consomme cette eau plus elle s’infecte les poumons…. L’accès à l’eau potable c’est un droit Pour Me Olivier Munanga, avocat au barreau de Goma, il est inconcevable que les habitants manquent de l’eau à Goma. « Le fait pour la population de bénéficier de l’eau est un droit et non une faveur » martèle-t-il en se référant à la Constitution qui, à son article 48 garantit « le droit à un logement décent, le droit d’accès à l’eau potable et à l’énergie électrique sont garantis. La loi fixe les modalités d’exercice de ces droits ». Selon Deo Kizibisha, Directeur provincial de la Regideso, entreprise chargée de la distribution de l’eau en République Démocratique du Congo, le problème de desserte en eau est surtout lié au déficit de matériels. Goma, étant une ville en expansion, nécessite l’addition des pompes puissantes et des nouvelles canalisations pour acheminer l’eau dans tous les quartiers périphériques souligne-t-il. Dieudonné Mango