Nord-Kivu : les aires protégés mis à mal par les crimes environnementaux autour du parc de Virunga

Nord-Kivu : les aires protégés mis à mal par les crimes environnementaux autour du parc de Virunga

Le parc national de Virunga étant un patrimoine très important pour l’Afrique mérite une protection en fin de bien sauvegardé l’environnement. Il faut se rendre compte de la gravité de la situation et l’urgence en terme des aire protégés de ce parc soit par des stratégies de stabilisation, plaidoyer, influence des politiques, coopération transfrontalières et judiciaires dans le processus de lutte contre l’impunité des crimes liés à l’exploitation illicite des faune et flore et autres ressources protégées.
Pour comprendre la chose, quelques preuves témoignent la menace du parc avec ses aires En 2017 des éléphants décomposés ont été retrouvés dans certaines aires protégées de la région. Dans le parc de Mugahinga en Uganda, 677 éléphants, 362 dans le massif de Virunga et 468 dans le parc des volcans au Rwanda. Malgré ces catastrophes, le juriste rwandais se réjouit tout de même des efforts de protection que mènent les acteurs de la justice, qui arrivent à documenter ces irrégularités. « 6% au Rwanda, 31% en R.D.Congo et 63% en Uganda ». Cependant, la pénalité n’est pas coercitive car elle ne contribue pas efficacement car une fois capturé le criminel est vite relâché suite à la faiblesse de la loi. Il faut une sensibilisation élargie dans tous les secteurs intervenant. Tout en n’oubliant pas que Le Parc national des Virunga, jadis Parc Albert, est le plus ancien parc national de la République démocratique du Congo et d’Afrique. Créé en 1925, il est très riche par sa faune et sa flore. Des traces d’okapis y ont par ailleurs été récemment observées. Etant bénéfique à des pays proche, Le parc est situé dans l’est de la République démocratique du Congo et couvre en partie les montagnes des Virunga, près du Rwanda et de l’Ouganda.
Formation au préalable
Dans son plan de travail centré sur le projet « Initiative Synchronisée Gouvernance foncière, conforme à la sauvegarde du paysage Virunga », ACEDH fait assoir les magistrats, avocats Congolais et Rwandais, pour discuter sur l’application des dispositions pénales environnementales et les poursuites des crimes environnementaux contre les aires protégés. C’est après avoir pris en considération la gravité de la situation et l’urgence qu’il y a aux fins d’apporter un appui global et inclusif dans le processus de sauvegarde de l’environnement par des stratégies de stabilisation , plaidoyer, influence des politiques, coopération transfrontalières et judiciaires dans le processus de lutte contre l’impunité des crimes liés à l’exploitation illicite des faune et flore et autres ressources protégées à travers le programme GLA, « Alliance pour les moyens d’Existence verts », au niveau du conducteur gouvernance foncière et forestière. Ce programme GLA a pour vision de voir les écosystèmes du Paysage Virunga et Kahuzi Biega restaurés, protégés et gérés de manière durable, concertée et inclusive, grandissant ainsi les moyens d’existence des communautés locales et peuples autochtones pour la stabilité des aires protégées.
C’est après avoir pris en considération la gravité de la situation et l’urgence qu’il y a aux fins d’apporter un appui global et inclusif dans le processus de sauvegarde de l’environnement À travers le programme GLA, « Alliance pour les moyens d’Existence verts », au niveau du conducteur gouvernance foncière et forestière, les acteurs judiciaires rwandais et congolais tentent de faire comprendre la manière dont les crimes environnementaux sont traités par les juridictions judiciaires dans leurs pays respectifs.