Goma : l’autorité urbaine mobilise  les cadres de base pour la lutte contre l’insécurité dans sa ville

Goma : l’autorité urbaine mobilise les cadres de base pour la lutte contre l’insécurité dans sa ville

Le mode opératoire des hommes hauteurs de 4 assassinats signalé dans la nuit de Lundi du 4 Mars dans la ville de GOMA inquiète la population. Les victimes ont été tuées a l’arme blanche, pour la société civile Ilya lieu de s’interrogé sur l’identité des assassins et le mobile de ces assassinats, La population n’hésite pas d’établir un lieu entre ce dernier incident et le massacre des civiles dans la ville et le territoire de BENI. Depuis quelques semaines les Quartiers NDOSHO et MUGUNGA situés dans la banlieue ouest de la ville sont la cible d’hommes armés non autrement identifié auteurs d’une vingtaine des cas d’assassinats dans la ville de GOMA. Le maire de GOMA MWISA KYIESE a rencontré ce Mercredi 06 Mars les autorités de base pour solliciter leur plus forte mobilisation dans la recherche de la solution au problème de l’insécurité dans la ville .Le débat a été très houleux ,pour le maire de GOMA l’insécurité é est le fait de jeunes égaré qui collaborent avec les FDLR ,Les autorités de base accusent la police de géré avec complaisance des cas suspect dénoncé . « Aussitôt interpelé les suspect sont relâché par la police en échange d’une amande transaction aire ce la nous décourage et nous met en insécurité » déclare sous couvert d’anonymat une autorité de base. Le maire de GOMA pour sa part déplore le laxisme de éléments de la police cantonné au centre de formation de la police de MUGUNGA accusés de n’avoir pas intervenus pendant des incidents sécuritaires dans le Quartier MUGUNGA. « Ces policiers sont payé et nourris aux frais de l’Etat actuellement ils ne sont pas déployés, je souhaite qu’ils soient mis en contribution pendant ce moment critique » a déclaré Mr le maire de GOMA MWISA KIESE. La rencontre organisé par la mairie sur le problème de l’insécurité dans la ville de GOMA en la salle FOOL GOSPEL a également été une occasion pour les cadres de base de dénoncer leurs condition difficile de travail « nous ne sommes pas payé par l’Etat nous faisons face a une situation très démotivante dans l’exercice de notre travail » a lâché un autre cadre de base.