Goma : le CICR rend le sourire a des enfants blessés et handicapés à l’ occasion de la célébration de la journée de l’enfant africain

Goma : le CICR rend le sourire a des enfants blessés et handicapés à l’ occasion de la célébration de la journée de l’enfant africain

Les enfants blessés victimes de l’insécurité et des affres de la guerre retrouvent le sourire grâce au CICR .Pour célébrer la journée internationale de l’enfant africain, le comité internationale de la Croix Rouge a communié avec les enfants blessés interné à l’hôpital de la CBCA NDOSHO le 12 juin et ce 16 juin au centre pour handicapé SHIRIKA LA UMOJA , c’était à l’occasion de la commémoration de la journée internationale de l’enfant africain. Pour immortaliser la journée, le Comité internationale de la Croix-Rouge (CICR) a organisé des séances de chants, poèmes, théâtre et dessins a l’intention des enfants. Un nombre important d’enfant a participé à l’activité, parmi eux, des blessés par arme et en situation de handicap.

« Par cet événement, nous avons voulu non seulement reconnaitre les droits de ces enfants mais surtout honorer leur résilience après les drames qu’ils ont vécus », a déclaré auprès de service de communication du CICR Carlos Batallas, chef de la sous-délégation du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) à Goma. « Aujourd’hui, je n’ai pas vu des enfants malades devant moi mais des poètes, des chanteurs et des dessinateurs qui ne se laissent pas abattre par la maladie ».

« l’action humanitaire en Afrique : les droits de l’enfant d’abord ».a été le thème choisi pour commémorer la journée internationale de l’enfant africain, C’est pour rappeler les conséquences physique et psychologique que subissent les enfants lors des conflits armés et la nécessité d’une protection accrue. Selon un communiqué parvenu à notre rédaction, le CICR mène plusieurs activités permettant de fournir une meilleure protection aux enfants au Nord-Kivu. L’année dernière, 47 enfants ont été réunis avec leurs familles dont ils étaient séparés à la suite de conflits et plus de 500 enfants sortis des forces et groupes armés ont été sensibilisés entre autres sur les risques d’un nouveau recrutement.