Les agriculteurs paysans ont besoin de la terre pour cultiver

Les agriculteurs paysans ont besoin de la terre pour cultiver

Dans la chefferie de BWISHA et le territoire de MASISI, l’accès et la sécurisation foncière, le développement des systèmes des marchés pour les trois chaines de valeur pour le maïs, le haricot et la pomme de terre et la transformation des conflits, demeurent un casse-tête. Pour les petits exploitants agricoles, ils se buttent à un problème de terre pour mieux mener leurs activités, c’est la base même des mésententes entre les agriculteurs et les concessionnaires, pour ce faire, le programme FARM exécuté par Mercy Corps tente d’améliorer les conditions de travail et la résolution des conflits fonciers entre agriculteurs et concessionnaires dans le MASISI et BWISHA.

FARM très capitale pour le secteur développement de la terre chez les agriculteurs



Les acquis de ce projet résident dans la lutte en faveur des petits exploitants agricoles d’avoir l’accès, contrôle et utilisation de la terre, Améliorer de façon inclusive les contraintes à l’accès à la terre et les processus de gestion des conflits. Puis réduire les obstacles à la régulation foncière, en particulier pour les jeunes et les femmes, améliorer l’utilisation des ressources naturelles par une planification et gestion communautaire

Développement de systèmes de marche



Ce projet a comme but d’améliorer l’accès au marché en particulier pour les femmes et les jeunes en facilitant la collaboration des acteurs de marché issus des différentes communautés. Augmentation des revenus des acteurs du marché par l’amélioration des chaines des valeurs pro-pauvres et le fonctionnement des marches Il s’agit notamment des études environnementales, de la cartographie des sites, de l’identification et la localisation des ressources naturelles, de la mise en place des incubateurs pour la gestion des ressources naturelles, de la formation sur le système de gestion des eaux de ruissellement ainsi que la capacitation des populations sur les pratiques agricoles résilientes.

Dieudonné Mango