Linafoot: Dauphin  noir de Goma joue le maintien ou la relégation ?

Linafoot: Dauphin noir de Goma joue le maintien ou la relégation ?

L’unique club représentatif de la province du Nord-Kivu en mauvaise passe dans cette campagne de la 26e édition de la ligue nationale de football (linafoot) division un reste en ballottage très défavorable à l’issue de la manche aller.

Pas plus tard que ce jeudi 07 janvier, pourtant favoris et en face d’une équipe quasi jouable qui revenait des défaites de rang, l’équipe de Goma a à nouveau sombré à domicile et cela au grand dam de son comité dirigeant.

Face au CS Don Bosco, Dauphin noir sans âme à laisser les trois derniers points de la phase pourtant prenables.

Face à cette hécatombe que traverse ce club, Les avis sont partagés, partant du maintien, l’objectif ou la dérive ? Nous avons concocté trois raisons pouvant permettre de se maintenir dans la cours des grands.

1. Constance ? Depuis sa montée en 2012, Dauphin noir est là. Bien sûr, Le championnat provincial glané en 2012 à vallu le ticket à Dauphin Noir avec à la clé, Pyscas Kirenge pisté dans le CS Lumière de Beni puis enrôlé et voilà aujourd’hui de retour après son petit passage à Mbuji-Mayi chez Sanga Balende et l’Ouganda, Le club cher au président Yambuka Songo a su mettre tout le monde d’accord sur son maintien qui après des années a été un refrain ou une chanson à tel enseigne que cela a été collé à dauphin pourtant l’équipe évoluait dans l’ombre de vita club et Maniema Union.

Président fondateur, Général Gabriel Amisi, Le club n’a su sortir la tête de l’eau car appelé à jouer que la maintenance. En 2020, ça sent mauvais, Les amis se veulent quitter la coquille mais les résultats pas en leur faveur, quoi faire ? S’assumer et avoir des ambitions. Tard ou jamais ? Dauphin noir prends de l’âge en RDC dont sa présentation n’est plus à l’ordre du jour.

Un mariage avec Kabasha capoté l’équipe n’a pas des supporters mais reste du moins la vitrine pour l’explosion des grands talents.

Sur les projecteurs ? Dauphin noir a créé et vendu des joueurs mais sans jouer l’Afrique, son plus classement, c’est la 6e place en linafoot. On peut s’en féliciter car l’on a produit des bons pour Maniema Union ou vita.

Dauphin noir peut faire, il suffit de s’assumer et d’oublier que Maniema Union rêve grand.

2. Manche retour décisive et lessivage
Voilà une question qui ne met pas tout le monde au même diapason, on ne change pas l’équipe qui gagne dit-on ? Mais l’équipe ne gagne pas, pourquoi n’est pas la changé quand il est encore temps ? Quel est ce grand secret ? Le public s’interroge sur la gestion interne du club représentatif du Nord et Sud kivu.

12 points sur 15 matchs, soit 0.8 point par match joué.

L’échec criant que connaît ce club ne fait pas que de malheur pour la ligue de football du nord-kivu, même dans la province voisine, c’est le déclin d’un vaste projet qui s’invite faute du manque d’objectif.

Comment sauver les meubles ? La phase retour s’annonce très décisive, Dauphin noir est rassuré de finir 13e avec 12 points ce premier acte mais devra bien négocier ses matchs de la phase retour, gagner à la maison et éviter de perdre à l’extérieur.

3. Besoin d’un sapeur-pompier sur le banc ? La valse de coach

Oui, Le besoin reste énorme à en croire les fans. Dauphin noir de Goma a su par le passé se taper les grands techniciens du pays, passant par Guy Roger, Guillaume Ilunga, Chico Mukeba, Guy Bukasa, Abdou Sengamayi, Amos Mbayo etc pour chuter par la paire Mbweki Farini-Raoul Lukusa, et tous pour des fortunes diverses mais ces résultats à demi-teinte attire des critiques.

Pourquoi garder un flop ? PSG vient de se séparer de Thomas Tuchel, à Dauphin noir de continuer à nourrir des regrets ? Un lessivage sur le banc et dans l’ossature reste envisageable nous dit Katembo Kikasa un supporter du club. Claudia Farini n’est pas né de la dernière pluie, un peu de patience, la mayonnaise va prendre ?

Christian Kamalebo