RDC : Le projet de la campagne UMEME BILA KODI dans les mains de Billy KAMBALE, ministre de la jeunesse

RDC : Le projet de la campagne UMEME BILA KODI dans les mains de Billy KAMBALE, ministre de la jeunesse

En RDC, les sociétés qui distribuent le courant électrique, le font souvent à un prix exorbitant, ce qui met en mal les citoyens à faible revenu. Le CDE devant le ministre national de la jeunesse et de la nouvelle citoyenneté a émis le vœu de voir son projet conduit dans les grandes instances de la RDC enfin de trouver solution au besoin de l’accès à l’électricité.

Cette campagne a été lancée depuis le mois d’août dernier par un jeune de Goma. Au cours d’une table ronde à GOMA ce vendredi 12 septembre, sous le patronage du ministre national de la jeunesse de la RDC, Espoir BINDU, Directeur de l’ONG CDE, Centre for developpement and entreprises, a présenté au ministre le contenu de la campagne UMEME BILA KODI, une campagne conçue pour plaider les droits des citoyens ordinaires et les petits entrepreneurs pour leur accès à l’électricité. C’était au cours d’une assise avec les jeunes entrepreneurs et acteurs de la société civile de Goma.

« Devant 450 membres des organisations des jeunes, de la société civile Congolaise, des professionnels des médias, entrepreneurs, les réformateurs et le reste de l’audience intellectuelle, j’ai démontré comment l’intervention du Gouvernement Congolais dans le secteur de l’électricité, est la cause du taux élevé de la pauvreté en RDC. Merci à toute l’équipe du CDE DRC ainsi qu’au Conseil Provincial de la Jeunesse du Nord Kivu de nous avoir facilité ce précieux moment de plaidoyer pour la dignité de la personne humaine dans notre pays» ; s’exprime Espoir BINDU devant la presse après la conférence.

Actuellement, 45% de la population congolaise à accès à l’électricité en milieux urbains et 5% seulement en milieu rural. Cette campagne (UMEME BILA KODI) appuyée par Atlas Network, suit le chemin de relancer l’économie de la population Congolaise et la réduction de la pauvreté dans les villes comme dans les villages.

Rédaction